Les chevaux

Les chevaux de la Tapisserie de Bayeux ont été dessinés et conçus par des amoureux des chevaux et des connaisseurs.

 

Les concepteurs et dessinateurs de la Tapisserie de Bayeux étaient de véritables amoureux des chevaux et de vrais connaisseurs de l'art de monter et de combattre à cheval. C'est ce que révèle l'examen des quelques 200 chevaux brodés sur la toile de lin. La Tapisserie ne fait guère de différences entre les chevaux anglais et les chevaux normands, bien que les traditions ne soient pas les mêmes sur les deux rives de la Mer de la Manche. Les chevaux normands étaient de petite taille, comme le confirment les sources écrites : ils avaient été sélectionnés et croisés avec des chevaux venus d'Espagne, qui eux-mêmes avaient du sang arabe. Il est possible de distinguer les destriers qui participent à la bataille, des palefrois que montent les hommes pour voyager et des chevaux de bât servant au transport du matériel.

Les chevaux sont dessinés avec une extrême précision. On reconnaît toutes les pièces du harnachement : le frontal, la muserolle, la têtière, le mors, les rênes. La selle en bois, fixée par une sangle qui passait sous le ventre, comportait à l'avant le pommeau et à l'arrière le troussequin. Les cavaliers sont figurés assis sur leur selle, les deux jambes bien droites : les pieds reposent sur des étriers, qui étaient en usage depuis l'époque carolingienne.

Ces animaux sont le plus souvent représentés en mouvement. Il est aisé de distinguer les différentes allures : le pas, le trot et le galop. Durant la bataille d'Hastings on observe diverses attitudes chez ces animaux qui participent activement au combat. Certains foncent tête baissée sur l'ennemi, d'autres sont arrêtés par la hache des housecarls, d'autres tombent en arrière en se cabrant ou s'effondrent en avant.

 

 

 

Pierre Bouet et François Neveux
Spécialistes internationaux de la Tapisserie de Bayeux

 

 

Pour en savoir plus :

La Tapisserie de Bayeux, de Pierre Bouet et François Neveux
Beau livre à paraître en octobre 2013, éditions Ouest France