Le projet
du nouveau musée
de la Tapisserie de Bayeux

Le projet architectural et muséographique

Le projet, né en 2013 sous l’impulsion de la DRAC Normandie et de la Ville de Bayeux, consiste en une refonte des conditions de présentation de la Tapisserie de Bayeux et du programme muséographique, au sein du centre Guillaume le Conquérant. Il permettra d’améliorer les conditions d’accueil du public, d’élargir le discours au contexte historique, culturel et artistique de l’Europe médiévale, d’augmenter les surfaces scénographiques, d’optimiser les conditions de présentation de l’œuvre et de faire entrer le musée dans l’ère du numérique. Ce projet comprend un volet architectural et muséographique (maîtrise d’ouvrage Ville de Bayeux) et un volet conservation/restauration (maîtrise d’ouvrage État), conduits en parallèle et en étroite collaboration.

 

Élargir le discours au contexte historique, culturel et artistique de l’Europe médiévale, valorisant ainsi les thématiques ayant conduit la Tapisserie de Bayeux à être reconnue « Mémoire du Monde » par l’UNESCO.
Convention de dépôt de la Tapisserie de Bayeux - 2017

Une collaboration État/Ville réaffirmée

L’État, propriétaire de l’œuvre, et la Ville de Bayeux, dépositaire, ont signé en 2017 une convention de dépôt pour réaffirmer une collaboration datant de 1804 et du retour de l’œuvre à Bayeux demandé par Napoléon Bonaparte. L’État est en charge des questions de conservation-restauration, la Ville de Bayeux de sa présentation au public, sa conservation préventive et du développement de sa connaissance. Reconductible, cette convention a une validité jusqu’en 2066, année du millénaire de la Bataille de Hastings (1066).
[Photo ©Ville de Bayeux : signature convention de dépôt le 20 décembre 2017]

Tapisserie de Bayeux

Répondre aux nouvelles attentes des publics

Le projet consiste en une refonte du musée actuel au même emplacement (Centre Guillaume le Conquérant à Bayeux), bénéficiant de nouveaux espaces, notamment libérés par le déménagement de la médiathèque municipale. Reconnu depuis 2017 comme Musée de France (JO 29 juillet 2017), le musée de la Tapisserie de Bayeux bénéficiera d’un redéploiement permettant d’offrir des parcours de visite adaptés à tous les publics avec un meilleur confort en matière d’accueil et de proposer surtout différents regards sur l’œuvre millénaire tout en garantissant sa conservation.

« A ce stade, et ce au moins jusqu’à l'automne 2024, aucune fermeture du musée au public n’est prévue. »

Une réflexion collégiale

Un comité scientifique international, composé d’experts de la conservation-restauration, d’historiens, de conservateurs et inspecteurs des Monuments historiques, a été créé pour suivre ce projet d'envergure.

Les membres du comité scientifiques se réunissent régulièrement afin d’accompagner les réflexions tant en matière de préservation de la Tapisserie de Bayeux que de sa présentation au public. Les études engagées sont soutenues par un comité de pilotage réunissant la Ville de Bayeux, la DRAC Normandie et l’État, le Conseil Régional de Normandie et le Conseil Départemental du Calvados, supportant le projet notamment à travers le contrat de Plan Interrégional « Vallée de la Seine » CPIER 2015-2020.

7
nationalités d'experts au sein du comité scientifique
2017
Signature du CPIER
Calendrier projet musée Tapisserie de Bayeux

Les étapes clés du projet

Le comité de pilotage du projet a estimé qu’une restauration de l’œuvre, impliquant des interventions de stabilisations des dégradations, était nécessaire. Cette délicate opération devra coïncider avec le calendrier des étapes de création du futur musée, qui fermera vraisemblablement ses portes à l’automne 2024 pour travaux.

Tapisserie de Bayeux en Angleterre

L'éventuel prêt de la Tapisserie de Bayeux au Royaume-Uni

Lors du Sommet franco-britannique de Sandhurst en 2018, l’éventualité d’un prêt de la Tapisserie de Bayeux au Royaume-Uni a été abordé. Depuis seul un arrangement administratif a été signé entre les ministères de la Culture français et britannique, ouvrant la voix aux échanges culturels entre les deux pays. En janvier 2020, les résultats du constat d’état a révélé une nécessaire intervention de restauration de l’oeuvre à l’horizon 2024, au moment de la fermeture au public pour les travaux du futur musée. Les membres internationaux du comité scientifique ont également précisé que seules des opérations de restauration de l’oeuvre, pourront justifier son déplacement.
(Caricature : avec l’aimable autorisation de ©Chaunu)