L'histoire de l'œuvre (XIe-XXIe siècle)

La Tapisserie de Bayeux a été exposée dans différents lieux entre le XIe et le XXIe siècle.

 

Dans un premier temps, la Tapisserie fut probablement exposée en différents lieux, églises ou châteaux, de Normandie et d'Angleterre. Assez rapidement, sans doute, elle rejoignit la cathédrale de Bayeux. La première mention écrite la concernant est l'inventaire du trésor, datant de 1476. A cette époque, elle était exposée tous les ans dans la nef de la cathédrale, pour la fête des Reliques (du 1er au 8 juillet). Les reliques de Bayeux jouent, en effet, un rôle essentiel dans l'histoire racontée par la Tapisserie : c'est sur elles qu'Harold prête à Guillaume un serment qu'il ne respectera pas, se rendant parjure aux yeux des Normands.

A la Révolution française, la Tapisserie fut inventoriée par la commission des Arts, parmi les livres et les objets appartenant à la cathédrale. Selon une tradition locale bien ancrée, elle faillit disparaître, mais fut sauvée par un avocat, Léonard Lambert-Leforestier. Sous l'Empire, en 1804, elle fut emmenée à Paris pour y être exposée, au moment où Napoléon préparait une invasion de l'Angleterre.

A partir de 1842, elle fut exposée de façon continue, d'abord dans une salle de la Bibliothèque, place du Château (place de Gaulle) puis, en 1913, dans l'ancien hôtel du Doyen. Pendant la Seconde guerre mondiale, elle fut l'objet d'une étude scientifique allemande conduite par Herbert Jankuhn. En 1944, elle fut exposée à Paris pour la seconde fois, puis revint à Bayeux. Depuis 1983, elle est conservée dans l'ancien séminaire.

 

Pierre Bouet et François Neveux
Spécialistes internationaux de la Tapisserie de Bayeux

 

Pour en savoir plus :

La Tapisserie de Bayeux, de Pierre Bouet et François Neveux
Beau livre à paraître en octobre 2013, éditions Ouest France