Gustave Caillebotte

Portraits à la campagne

Cette toile a été sélectionnée par le peintre pour figurer parmi les six œuvres qu'il présente en avril 1877 au cours de la troisième exposition impressionniste.

Portraits à la campagne – Gustave CAILLEBOTTE (Paris 1848 – Gennevilliers 1894)
Huile sur toile, 1876
Don (1947) M. et Mme René CHAPLAIN, en souvenir de Mme Fermal née Zoé Caillebotte
Caillebotte, jeune rentier d’à peine trente ans et observateur impassible de l’intimité du cercle familial, réalise ici un portrait collectif de ses parentes regroupées dans le jardin de la propriété acquise par son père à Yerres.

Caillebotte Portraits à la campagne MAHB Bayeux

Portraits à la campagne

Sur cette huile sur toile datée de 1876, on peut reconnaître, absorbées par leurs travaux d’aiguille, au premier plan à gauche la cousine de l’artiste, Marie, au second plan à droite la mère de la jeune femme, Madame Charles Caillebotte, face à elle Madame Hue, une amie de la famille et enfin au fond, plongée dans la lecture, la mère du peintre. e don de cette œuvre au musée s’associe au souvenir d’une autre cousine de l’artiste, Zoé, absente de la composition. Il s’agit en effet d’un présent remis par Caillebotte à l’occasion du mariage de cette jeune femme à Bayeux le 17 juin 1887, célébration à laquelle il participe en tant que témoin.